Mon histoire du MSL

Jean-François Leclerc, promotion 1991

Les professeurs du Collège furent (et sont encore) une grande inspiration pour moi. Ils n’étaient pas seulement des éducateurs, mais de vrais Mentors! M. Boileau et M. Lepage, en histoire, m’ont donné le goût de suivre la politique et de toujours en apprendre plus sur nos origines. Je suis continuellement fasciné lorsque je visite des sites historiques. Par exemple, lorsque j’étais de passage à Winnipeg, c’est grâce à eux si je me suis fait le devoir de visiter la tombe de Louis Riel. Les cours de civilisation en latin de Mme Leprohon et M. Cholette ont eu le même effet sur moi (sinon pire!), par exemple, lorsque j’ai eu la chance de visiter Rome et ses ruines. Sans M. Trudeau en économie, Gérald Fillion à Radio-Canada serait probablement difficile à suivre. Et surtout, mes finances personnelles seraient en piètre état! Ma curiosité et mon analyse scientifique, je les dois à  M. Cadieux et M. Leroux en physique. Que dire de M. Gendron en chimie avec ses expressions comme « Half & half, un cheval une patate! » qui frappaient l’imaginaire! Sa passion pour les molécules fut contagieuse pour moi et a tracé ma route professionnelle de pharmacien. Je pourrais continuer comme ça pendant plusieurs pages pour dire à quel point mes professeurs du Mont-Saint-Louis ont guidé le cours de ma vie.

Un des moments les plus mémorables de mon passage au Collège fut lors d’une classe neige aux petits poissons des chenaux à Sainte-Anne-de-la-Pérade en 5e secondaire. Vous m’avez bien compris, aux petits poissons des chenaux! Une superbe journée ensoleillée d’hiver sans nuage à l’horizon. Évidemment, pêcher des petits poissons dans des cabanes sur glace n’a rien d’excitant, croyez-moi. Surtout quand les poissons refusent de coopérer. Après un certain temps de pêche infructueuse, mes copains et moi avons décidé de sortir prendre un peu d’air. C’est alors que nous avons croisé d’autres confrères en train de se lancer quelques balles de neige. Ce ne fut pas long que les représailles commencèrent, mais ne durèrent pas bien longtemps. M. Choucri Massouh, directeur de 4e secondaire, nous interpella et nous fit signe de nous approcher de lui. Misère, ça regardait mal! Mais voilà qu’une fois à sa portée, il nous lança une boule de neige. Surprise et étonnement! Puis une deuxième. Les représailles reprirent alors de plus belle, mais cette fois tous les élèves et professeurs sortirent de leurs cabanes et se joignirent à nous. À ma mémoire, pas une âme ne continua de pêcher par la suite. L’échauffourée dura jusqu’au dîner. Ce fut la plus grosse bataille de boules de neige à laquelle j’ai participé. Camaraderie et plaisir furent au rendez-vous, probablement au grand bonheur des poissons qui eurent la paix cette journée-là…

jfl-3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s