Histoire humaine Richard Marcil, promotion 1980

R Marcil

Le « Cardigan Érable »

Les finissants de la promotion 1980 ont sans doute encore à leur mémoire notre Printemps érable à nous. Eh oui, notre cher Collège n’a pas été à l’abri de mouvements de protestation! Il faut toutefois remonter à 1977 pour retracer les sources du « Cardigan Érable ».
Durant l’année scolaire 76-77, la direction opte pour un changement du costume obligatoire. On troque alors les vestons verts (1re et 2e secondaires) et bleus (3e, 4e et 5e secondaire) pour le cardigan offert en cinq couleurs différentes, selon les niveaux (vert, bourgogne, bleu pâle, gris et bleu foncé). Mais dès son introduction, au début de l’année scolaire 77-78, le malaise est palpable. Les coupes sont mal ajustées et, par surcroît, la direction en oblige le port constant, à l’intérieur des murs du Collège.
Malgré certaines protestations, le Collège signe et persiste dans le choix de cet encombrement vestimentaire pour l’année scolaire 79-80, notre dernière. Il n’en fallait pas plus pour que les conseils de classe se réunissent et discutent plus sérieusement de la question. On décide alors de passer au vote dans chacune des classes qui composent la 5e secondaire. Le résultat est majoritaire : nous déclenchons une grève! Non pas pour abolir le costume, mais pour en restreindre le port, dans la cafétéria, les salles de classe et la salle de jeux.
Pendant trois jours, les cours qui se donnaient n’étaient suivis que par quelques dizaines d’élèves, à qui nous avions laissé le libre choix de suivre le mouvement ou non. Entassés dans la salle de jeux, quelques 150 d’entre nous occupions notre temps à jouer au ping-pong, au mississippi ou à « chiller », comme le disent nos jeunes aujourd’hui.
Les pressions de la direction sont entretemps constantes et certains commencent à craindre la mise en application des représailles annoncées. Devant l’effritement du mouvement, les conseillers de classe délèguent des représentants pour une ultime discussion avec la direction. Un argument de poids est soulevé : la chaleur déjà intense dans certains locaux, combinée à l’inconfort du cardigan, crée un problème de concentration. La direction voit d’un bon œil notre argumentation et permet dès lors que nous puissions retirer notre étau. Nous avions gagné notre bataille!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s