100e assemblée annuelle de l’AAMSL Salutation et lecture de la directrice générale

Sherbrooke

Jean Di Zazzo 1956, Jean Delisle 1949, Daniel Gaudry 1969, Yvan Bordeleau 1963, Olivier Marchand 1947

11 septembre 2018

J’ai souhaité, en venant vous saluer ce soir, rappeler la création de l’Association des anciens, il y a un siècle de cela. Pour ce faire, j’ai plongé dans l’album Un demi-siècle au Mont-Saint-Louis, publié en 1939, à l’occasion du 50e anniversaire du Collège. Ce livre, comme il ne s’en fait plus, constitue un formidable témoignage de la vie au Collège à la fin du 19e siècle et au début du 20e.

À titre de directrice du Collège, ayant le défaut de n’en être pas issue, j’ai eu envie de vous faire cadeau de quelques extraits de cet album qui relatent la création de votre association. Les mots et le ton appartiennent souvent au passé, mais l’émotion et la fierté sont les mêmes. Je vous laisse en juger par vous-mêmes

[Extraits tirés de l’album Un demi-siècle au Mont-Saint-Louis, publié en 1939, pour le 50e anniversaire du Collège]

Les débuts

De tout temps, les anciens se firent une joie de revenir fréquemment à l’Alma Mater. Mais le collège dut attendre jusqu’en 1919 la fondation d’une Amicale ou « Association des anciens Élèves » (A.A.E.).

C’est que le frère Symphorien, directeur de 1893 à 1914, s’opposa toujours à la réalisation d’un projet qui était dans l’air depuis assez longtemps. Vers 1913, lorsque le Mont-Saint-Louis eut vingt-cinq ans, les demandes se firent plus pressantes, mais le frère Symphorien demeura inflexible. Pourquoi? D’abord, sans doute, parce qu’il n’aimait guère les innovations; et puis, peut-être, comme certains supérieurs que nous avons connus, parce qu’il craignait qu’on fît trop de différence entre ceux qui « en » seraient – et les autres.

Cependant, la volonté des anciens s’affirmait, et quelques-uns prirent l’habitude de se réunir hors du collège.

[…]

Telles furent les origines lointaines de notre belle Amicale. C’est en 1919, comme on sait, sous le directorat du frère Joseph, que le projet devait aboutir. Au cours des vacances de cette année-là, les réunions se firent plus nombreuses, plus actives, et l’on discuta sur les moyens à prendre pour former d’abord un noyau autour duquel les autres viendraient se grouper. Le 28 septembre, on ébauchait les règlements de la société, et l’on chargeait un Comité provisoire d’organiser l’assemblée plénière de novembre.

[…]

Les efforts des organisateurs portèrent leurs fruits, car l’assemblée convoquée pour le 30 novembre 1919 – date historique – dépassa en ampleur les prévisions les plus optimistes.

On estime à près de 850 le nombre des anciens qui avaient répondu à l’appel de l’Alma Mater.

[…]

Le jour de l’assemblée

Le frère Joseph s’adressa aux anciens dans les termes suivants :

« Votre présence ici, ce soir, réalise un de mes plus chers désirs : réunir les anciens élèves du pensionnat. Votre empressement à répondre à notre appel nous fait croire que vous éprouviez, vous aussi, le besoin de vous revoir. Je souhaite à tous, au nom de tous les Frères et des élèves du Mont-Saint-Louis, la plus cordiale bienvenue… Quelle joie intense, quelle fierté j’ai ressenties à la lecture des 650 réponses à nos lettres! Nous n’ignorions pas que vous occupiez des positions sociales plus qu’avantageuses. Dans toutes les classes de la société : le sacerdoce, la vie religieuse, le barreau, la médecine, l’industrie, le génie civil, le commerce, etc. nous vous trouvons aux premières … Vous êtes plus que jamais du Mont-Saint-Louis, en ce moment où vous vous groupez pour établir les bases d’une association qui vous tiendra plus unis. »

Puis le frère Symphorien, le directeur peu ouvert aux innovations dont il était question plus haut, prit la parole :

[…]

« On juge l’arbre par ses fruits […]. En voyant cette belle réunion d’anciens, je puis dire sans forfanterie que le Mont-Saint-Louis est un bon arbre. Vous êtes dans des carrières différentes, mais chacun de vous se distingue dans celle qu’il a embrassée. Un lien commun vous unit : vous êtes tous des catholiques pratiquants, de bons et honorables citoyens. »

[…]

Si ma mémoire n’est pas assez heureuse pour retenir les noms de tous les élèves du Mont-Saint-Louis, mon cœur est assez grand pour les contenir tous. Une réunion comme celle-ci laisse des souvenirs que le temps ne saurait effacer; et, comme l’a dit le poète Musset :

Un souvenir heureux est peut-être, sur terre, plus vrai que le bonheur. »

Ces paroles émouvantes du vieux chef qui avait façonné tant de générations d’élèves, furent accueillies par des applaudissements prolongés; on entonna même le sempiternel refrain : « Il a gagné ses épaulettes… »

[…]

La plupart des journaux firent écho à cette réunion mémorable.

Le Devoir, entre autres, insistait sur son caractère intime et familial : « Comme il faisait bon pour les anciens, de revoir leurs vieux professeurs, et d’échanger d’affectueuses poignées de mains avec des camarades qu’ils n’avaient pas rencontrés depuis longtemps! »

« Dimanche soir, imprimait la Patrie, les anciens n’ont cessé de gravir la pente qui mène à leur Alma Mater, de sorte que, vers sept heures, la séance put s’ouvrir…

[…]

L’œuvre accomplie

Il avait été décidé que les anciens se retrouveraient à l’Alma Mater le premier dimanche de chaque mois, pour y assister à la messe, y prendre le déjeuner et écouter des causeries données le plus souvent par l’un d’entre eux.

[…]

À partir de février 1921, les conférences n’eurent plus lieu le dimanche, mais à des jours variables. […]

Avec le temps, les présences se firent moins nombreuses, tant il est vrai que « tout passe, tout lasse ».

Bien que l’attrait de la nouveauté eût disparu, l’assemblée générale du dimanche 2 mai 1920 rappela par son ampleur celle de novembre 1919.

Au cours de l’année 1919-20, un comité spécial avait eu pour mission de codifier les divers règlements par lesquels sera régie notre Amicale. Une fois ces dispositions approuvées, l’Association fut incorporée sous les noms de Association des Anciens Élèves du Mont-Saint-Louis; en anglais : The M.S.L. Old Boys’ Union.

La nouvelle Société déclarait nettement avoir pour objet : 1. De maintenir et d’étendre les relations amicales et sociales entre les anciens élèves du Mont-Saint-Louis; 2. D’entretenir et de fortifier en eux les principes de foi catholique et d’honneur qu’ils reçurent au collège; 3. D’aider soit ses membres, soit d’autres personnes, à poursuivre leurs études; 4. De procurer à ses membres, la récréation et l’instruction de l’esprit ainsi que le délassement du corps; 5. D’aider les élèves à leur sortie du collège; 6. De promouvoir les intérêts respectifs de ses membres; 7. De travailler au recrutement du collège et de stimuler chez les élèves l’ardeur au travail par la fondation de bourses et le don de prix.

[…]

Les anciens ont été les premiers à bénéficier des avantages de l’Association. Elle a d’abord renoué entre eux les liens d’une camaraderie plus ou moins vieille. […] Depuis 1919, les « conventums », – célébrés après cinq, dix ou vingt ans – se sont faits de plus en plus nombreux, au point d’être devenus aujourd’hui monnaie courante.

Grâce à nos assemblées, grâce surtout à nos revues, les anciens lancés dans les professions libérales, dans l’industrie, le commerce ou la finance se font mieux connaître, et leurs cartes d’affaires les désignent aux encouragements des camarades. […]

En leur remettant sans cesse sous les yeux les enseignements passés et les exemples toujours vivants de leurs maîtres, l’Association engage les anciens à garder intact le patrimoine spirituel du collège. Mais elle ne pense pas qu’aux vivants : les disparus ont leur part aux souvenirs et aux suffrages de leurs confrères. […]

Et c’est grâce à l’Association, il faut le répéter, qu’appartiennent l’idée et la réalisation de la plaque de bronze où brillent les noms de nos morts à la Guerre.

[…]

Le Mont-Saint-Louis compte déjà un nombre considérable d’anciens qui se sont distingués dans toutes les carrières. […]

Mais les pères de famille ne peuvent rendre à leur vieux collège de plus éloquent témoignage qu’en lui confiant l’éducation de leur fils. C’est ce qu’un très grand nombre ont fait jusqu’ici.

[…]

Aussi, que les timides et les hésitants se rassurent! En venant grossir les rangs de notre Amicale, ils ne feront pas que verser une cotisation à bon escient, ils serviront leur propre cause, puisque le bien de la ruche est également le bien de l’abeille!

Que dire de plus? C’est une grande richesse pour le Mont-Saint-Louis de pouvoir compter sur une communauté d’anciens aussi dynamique et engagée que la vôtre… que la nôtre. Merci!

Longue vie à l’AAMSL!

Sylvie Drolet, directrice générale du Collège Mont-Saint-Louis

DG Président VP

Gabriel Marchesseault 2001, vice-président, Sylvie Drolet, directrice générale, Louis Nolin 2000, président

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s